Saint-Marcellin : Les Visages d’un ailleurs d’Hachem Barakzaï à l’Espace Saint-Laurent

Publié le 16 novembre 2016 à 14h31 | Modifié le 17 novembre 2016 à 14h04 | Vu 255 fois
Saint-Marcellin : Les Visages d’un ailleurs d’Hachem Barakzaï à l’Espace Saint-Laurent
Hachem Barakzaï vu par lui-même

L’artiste peintre grenoblois Hachem Barakzaï présente jusqu’au 15 décembre ses œuvres à l’Espace Saint-Laurent à Saint-Marcellin. Une ville avec laquelle il a noué des liens forts et particuliers.

Hachem Barakzaï a été arraché jeune à sa terre natale par le désordre de l’histoire, mais ses yeux d’enfant ne pouvaient qu’y rester solidement attachés. Bien plus tard la peinture s’est imposée à lui et son regard a le pouvoir aujourd’hui de faire revivre l’Afghanistan, pour lui et pour nous.

Jusqu’au 15 décembre, l’artiste grenoblois nous fait découvrir son exposition « Visages d’un ailleurs » à l’Espace Saint-Laurent à Saint-Marcellin. Saint-Marcellin, la ville où il a vécu avec ses parents et ses frères et sœurs et où aujourd’hui encore il aime revenir puisque c’est là que reposent désormais ses parents. Cette exposition présente des portraits d'hommes et de femmes, des paysages, mais aussi des autoportraits.

Dans les expositions d’Hachem Barakzaï, Band e Amir, le parc national afghan en est presque toujours la toile de fond, comme un décor obligé pour ses personnages dont nous ne pouvons éviter le regard. Leurs yeux, les si bien nommés miroirs de l’âme, veulent être le reflet de celle de Hachem : les yeux baissés du Vieillard à la rose sont penchés sur la fleur qui semble représenter le paradis perdu ; ceux de La jeune fille aux yeux clairs interrogent le lointain indéfini comme l’avenir de son pays ; l’œil sombre du Fauconnier surveille son oiseau dont le regard perçant va guider le vol vers la cible.

Si les Bouddhas géants de Bamyan avaient été rendus aveugles depuis des siècles et si aujourd’hui ils ne risquent plus de nous interroger par leur seule présence sur l’avenir de l’Afghanistan, Hachem Barakzaï a trouvé le moyen de faire venir à nous ces femmes et ces hommes de sa terre natale pour le faire : nous interroger inévitablement de leur regard. Ont-ils adopté la maxime de Mohammad Ibrahim Safâ extraite du poème La Tulipe écrit en prison: « De ma singulière et incomparable condition, je suis jalouse et fière. Libre je suis née, libre je mourrai. » et veulent-ils que nous les encouragions dans cette héroïque détermination ?

Exposition « Visages d’un ailleurs » de Hachem Barakzaï, salle d’exposition, Espace Saint-Laurent, Saint-Marcellin, du 15 novembre au 15 décembre. Tous les jours de 10 h à 12 h et de 14 h à 19 h, fermé le lundi. Vernissage mercredi 23 novembre à partir de 18 h.

 

1 commentaires
  1. danil

    Exposition prolongée jusque fin décembre un régal pour les yeux mais pas que...... une approche du peintre des explications sur le ""Travail"" des lumières et le ressentie de certaines toiles.... un enchantement Merci a vous.


    Signaler un contenu illicite

Envoyer un commentaire