Center Parcs : la suspension des travaux annulée par le Conseil d’Etat

Publié le 24 juin 2015 à 16h55 | Vu 879 fois
Center Parcs : la suspension des travaux annulée par le Conseil d’Etat
Si ces recours sont rejetés, le préfet ferait évacuer dans les plus brefs délais les zadistes qui occupent le site et le chantier pourrait reprendre

Alors que le 18 juin le Conseil d’Etat a annulé l’ordonnance du juge des référés du Tribunal administratif de Grenoble demandant la suspension des travaux, la mobilisation des opposants et des partisans de ce projet reste intacte.

En octobre dernier, deux arrêtés pris par la préfecture de l’Isère autorisaient le début des travaux du Center Parcs de Roybon. Mais le 23 décembre, le Tribunal administratif de Grenoble avait suspendu un des deux arrêtés préfectoraux, suite aux recours déposés par les opposants au projet ; ce qui avait conduit à stopper net les travaux de défrichement entrepris par Pierre et Vacances.

Aujourd’hui, avant même la décision finale qui devrait avoir lieu à la fin de la première quinzaine de juillet, - le 2 juillet, ces recours seront examinés sur le fond par le tribunal administratif de Grenoble après que le rapporteur public ait présenté ses conclusions au juge qui se prononcera dans les quinze jours suivants -, celle du Conseil d’Etat réjouit les pro Center Parcs, mais n’alarme pas pour autant les anti.

Serge Perraud, maire de Roybon, ardent défenseur du projet : « cette décision de la plus haute juridiction administrative nous rassure quant à la suite donnée au projet et nous permet d’espérer une issue favorable en attendant le jugement sur le fond qui sera rendu par le tribunal administratif de Grenoble dans le courant du mois de juillet ».

Stéphane Péron, président de l’association Pour les Chambaran sans Center Parcs : « cette décision du Conseil d’Etat arrive bien tard pour les partisans du Center Parcs. On attend l’audience du 2 juillet, mais de toute façon, le défrichement et le dessouchage seront hors délais, car ils doivent s’effectuer en hiver, entre octobre et mars. De plus, Ségolène Royal a déclaré que les zadistes ne seraient pas évacués avant la purge des recours. C’est une décision d’apaisement pour calmer les pro-Center Parcs en attendant le jugement qui sera connu mi-juillet. »

Jean-Pierre Barbier, président du Conseil départemental : « c’est une bonne nouvelle pour le département de l'Isère et les entreprises. Rappelons qu’à terme, ce projet permettra la création de plus de 700 emplois pérennes, et qu’il mobilisera 1500 personnes pour sa phase de construction. Ce projet permettra également d’offrir un atout indéniable au territoire concerné. Il s'agit d'une étape importante qui vient d'être franchie dans les interminables procédures juridiques qui jalonnent ce dossier. Nous attendons désormais la décision du Tribunal administratif de Grenoble le 2 juillet prochain. »

0 commentaires

Envoyer un commentaire